Les rollers électriques c’est le pied !

Les modes de transport alternatifs fleurissent. Vélos à assistance électrique, gyropodes, roues et skates gyroscopiques… et voici que les RocketSkates sont prêts à prendre d’assaut nos trottoirs.

En attendant que l’Hoverbaord, le skatebord du film Retour vers le futur, devienne vraiment une réalité, des moyens de transport légers et alternatifs se multiplient pour se déplacer en ville. 15 ans après les premiers gyropodes lancés par Segway, et alors que se développent trottinettes, gyro-roues et autres smartboards fonctionnant sur batterie, les premiers RocketSkates font un tabac dans l’Hexagone !

2 heures de charge, 70 minutes d’autonomie

Importés par la société française Eco-Riders, qui en a l’exclusivité, il s’agit des seuls rollers électriques gyroscopiques au monde. Pour Antoine Sébis, directeur général d’Eco-Riders, ces rollers nécessitent de trouver de nouveaux équilibres et des sensations qu’il faut apprivoiser ». Mais selon lui, une à deux heures de prise en main -si l’on peut dire- suffisent à les dompter.

Fonctionnant à l’aide de quatre moteurs brushless (sans frottement), ils sont assez légers (7 kg la paire) et peuvent être transportés dans un sac à dos avec leurs chargeurs (un par roller). Compter 2 heures de charge pour une autonomie d’une quinzaine de kilomètres jusqu’à 20 km/h. « C’est suffisant pour la plupart des trajets quotidiens comme les allers et retours au travail », précise Antoine Sébis.

Les rollers dialoguent ensemble

Se plaçant en quelques secondes aux pieds et se fixant à l’aide d’une sangle de serrage rapide, les RocketSkates se pilotent assez intuitivement. Comme tout moyen de transport gyroscopique, il faut se pencher en avant pour avancer et en arrière pour freiner, voire s’arrêter. Et les deux rollers dialoguent ensemble pour harmoniser leur vitesse.

Reste à parfaitement trouver sa position. Avant de devenir un expert de la chose, une application permet de contrôler sa vitesse en choisissant un mode Débutant, Normal ou Pro…

Obstacles sur la pointe des pieds

Gare : les RocketSkates n’aiment pas les chaussées mouillées -donc glissantes- ni les revêtements torturés. Les pavés parisiens, très peu pour eux ! Et pour franchir des petits obstacles, comme pour monter ou descendre quelques marches, il est possible d’utiliser les pointes des pieds, qui dépassent de près d’un tiers la semelle des rollers. Vendus 990 euros, les RocketSkates sont évidemment plus que des joujoux et ne risquent encore d’attirer que les « early-testeurs » capables d’un tel investissement. Lesquels devront se conformer à la législation en vigueur et rouler avec prudence sur les trottoirs jusqu’à 6 km/h maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.